Une.Histoire.de.Dix.et.Un

Je t'écris, mon Bébé Chat

Ecrit le Lundi 19 juin 2017 - 18:20

Basiquement, c'est ça. Basiquement, j'ai eu droit au cliché. Je t'aime bien. Mais c'est tout. Je me vois pas sortir avec toi. Je me vois pas construire quelque chose avec toi. On a des points communs, on rigole bien. J'ai beaucoup de respect pour toi. Mais j'ai pas ce petit truc. Il me manque ce petit truc en plus qui pourrait me faire tomber amoureux. Je suis désolée. Basique ment, c'est ça. J'ai eu droit à ça. Après le silence et l'absence. Un verre en terrasse. De nombreuses heures à parler et la mise au clair. Que j'ai entamé parce que j'avais besoin de réponses. "Je redoutais que tu me poses cette question. Qu'on ait cette conversation." J'ai pas encore compris pourquoi j'ai eu droit à ces phrases. Redouter quoi? Pourquoi? Je t'aime pas et je t'aimerai jamais est douloureux. Mais c'est honnête. J'ai toujours demandé que l'honnêteté. J'ai eu mes réponses. Elles sont désagréables et j'arrive pas à démêler ce que je ressens réellement mais elles sont là. Je ferai le tri plus tard. Je commence mes vacances dans trois jours. Je démêlerai dans trois jours . Avant de retenter ma carcasse dans ces putains de méandres de la vie. Je suis déçue. Je me sens seule et un peu rejetée. Je suis jalouse de toutes mes amies alentours qui, comme par hasard, entament de très belles histoires les unes après les autres. Et moi.. moi.. je suis la perdante. L'éternelle célibataire. Et j'ai pas les mots pour qualifier ma déception.

Ecrit le Vendredi 16 juin 2017 - 1:29

"Viens, on rentre à la maison. J'ai envie de te masser.."

Ecrit le Dimanche 11 juin 2017 - 1:17

 Billet pris pour Barcelone. Départ le 23 juin. Date de retour encore inconnue. Bonheur. Liberté. Douceur. Soleil! 
J'aimerais me refaire le pèlerinage proche frontière mais je pense que je n'aurais pas le temps. A voir. 

Ecrit le Vendredi 9 juin 2017 - 0:49

Faut se retenir de pleurer, tu sais. Il reste 6 minutes au tram pour arrivée et la solitude m'a prise à la gorge. Tu verrais sa manière de m'avoir sorti de sa vie. Comme si ce bref "nous" n'avait jamais existé. Le mort. Il fait officiellement le mort. Et ce silence me tue. M'a tué. Je suis déjà un peu morte en fait. Depuis des années. Ya un bout de mon âme qui manque. Le Vrai. Paumé, arraché sur un caillou du Cap de Creus. A l'heure des applications de rencontre qui font de toi un putain de chiffre. De la chair qui doit être pile comme ci et surtout pas comme ça. Je sais pas faire. Je sais rien en fait. Je souffre tout ce que je peux parce que j'ai envie de tomber amoureuse. J'ai envie d'être heureuse avec quelqu'un. Envie de dire "nous". Construire au pluriel. Autour de moi, elles sont putain de heureuses avec leur dizaine de soupirants. Elles savent pas ce que ça fait de se faire sortir violemment. Éjectée. Comme ça. Un jour, oui et le lendemain, non. J'ai mal. Mais ça veut rien dire cette phrase. J'ai mal encore en sens unique. Je devrais pas souffrir comme ça. En silence. A ravaler mes douleurs. Peut être que c'est comme ça qu'on en vient au suicide. Quand ça fait définitivement trop mal. C'est là que je vois ma nature foncièrement optimiste. Je suis seule dans le tram. J'ai une jolie robe et un simulacre de gilet. J'ai un peu peur. Mais personne pour me tenir compagnie et m'accueillir à la descente. Non. Je voyage et rentre seule. Je me suis faite sortir sans autre forme de procès. Virée. Salement. Et l'orgueil souffre. L'ego aussi. Je croyais lui plaire. Erreur.

Ecrit le Mercredi 7 juin 2017 - 2:03

Homme rencontré puis disparu. Me revoilà sur les routes de la solitude. Journée dure pour beaucoup de personnes que ce 6 juin 2017. L'amertume le combat à l'angoisse de finir seule. Indéfiniment condamnée à subir et souffrir de la destruction de ses espérances. Il me faut encore quelques jours pour ravaler les larmes et la peur de la solitude. J'ai tenu 4 ans complètement seule. Je peux tenir encore 4 nouvelles années. Mais la déception est telle qu'elle pousse à la nausée. Solitude. Solitude profonde. Et incompréhension. Je connais rien aux nouvelles règles. Je suis trop inexpérimentée pour ce qui se propose maintenant. Je suis trop décalée. Condamnée. A peu près sûre. Solitude. Profonde. Complète.

Ecrit le Samedi 3 juin 2017 - 0:19

Gens. Pions. Poubelle. Échange. Superficielle. Naturisme. Liberté. Vérité. Honnêteté. Putain. Je suis vraiment pas faite pour votre monde. Lâche ce mot tout de suite. Ne le salis pas avec tes sales pattes. Je suis à l'ouest. Naïve. Quelle importance. Je suis comme ça. Aucun regret. La vie qui passe.

<< Après | 1 | Avant >>

Créer un podcast